Tout a commencé avec un partage de référence avec mon amie Claire, sur un sujet qui nous concerne l'une et l'autre : le minimalisme, ou comment vivre avec le nécessaire et éviter l'encombrement généré par la réponse à nos envies matérielles successives. Un documentaire a ravivé ce besoin enfoui, endormi, quelques lectures plus loin pour creuser encore ce sujet bien au-delà du désencombrement.

Il y a des moments où tout converge, et à l'aune d'un projet visant à investir plus régulièrement notre maison sous le tilleul, notre présence ici pour 3 semaines consécutives, nous avons (re)commencé à trier (à garder, à donner, à jeter) ce qui est stocké dans notre grande grange (il y en a une autre, plus petite, qui connaîtra le même sort). Notre dernier grand tri remonte au moment où nous avons acheté cette maison et avions débarrassé la maison et ses granges des affaires des précédents propriétaires.

Nous avons donc débarrassé cette grange de : 10 pots de peinture ou vernis entamés et au contenu séché (toujours très difficile de refermer correctement ces bidons métalliques pour éviter le contact avec l'air) / une table de chevet des années 50 (laissée par la famille précédente) / un vieux portrait encadré d'une femme de leur famille / d'autres photos du même type / tout un tas de moules à gâteaux métalliques et parfois rouillés / un lot de tubes métalliques (tige de parasol, tringles à rideaux) / des équerres métalliques / des bouts de tuyaux pvc (évacuation) / un flexible de lave linge / 3 valises cassées / un charriot de jardinage cassé (mini charriot sur lequel on peut s'asseoir et dont le siège peut contenir quelques outils) / une petite pioche au bout complètement tordu / un édredon datant de ? et taché d'urine de chat / un ciel de princesse

Et gardé : un manche à balai et autres longs bâtons de bois pour tuteurer nos prochains plants de tomates ou haricots / 

Le prochain round nous permettra de nous débarrasser de vieilles portes vitrées sans charme et inutilisables.

 

IMG_0777