IMG_0788

[Regarder loin devant, mardi 11 juillet au soir]

Je reviens ici avec la sensation d'avoir abandonné ce lieu et ses lecteurs.rices. Je ne parviens pas à mettre en ordre mes pensées et à savoir si je mélange tout ou si j'organise mes idées en posts successifs. Etrangement j'ai eu envie de revenir ici pour parler de ma part sauvage à qui je laisse plus de place, et cela ira crescendo. Je cherche comment faire cohabiter mon envie de Nature, de silence - et mon envie de culture, d'art, de connexion Aux Hommes. Parce que l'une n'est pas exclusive de l'autre (récent apprentissage de ce vendredi lors d'une après midi consacrée aux archétypes (Dieux et Déesses grecs), et que très concrètement mon moyen d'assurer un revenu est très lié à une vie sociale et urbaine - hyperurbaine devrais-je dire, avec même un s à la fin car je suis toujours, comme Hermès, entre plusieurs villes. 

Je cherche et je vais trouver pour mieux vivre chaque départ, que ce soit celui du dimanche quand je quitte mon tilleul, ou le lundi matin quand je traverse le Rhône pour rejoindre la capitale, alors que le jour se lève à peine.

Quelques semaines devant moi pour trouver, avant de mettre en pratique.

Le titre du post est une phrase issue de "Petit traité sur l'immensité du monde" de Sylvain Tesson.