P1120326

[Amsterdam - Avril 2016]

J'aurai aménagé une pièce pour moi seule, un royaume qui m'accueillerait pour souffler, qui arrêterait le bruit du monde, une fenêtre sur les herbes folles dansantes, le pommier en fleurs, un royaume dont je choisirai le degré de connexion au monde en fonction de mes besoins (wifi on/off).

Elle serait nappée de blanc aux murs, au sol du bois ou des tomettes, ou encore du jonc de mer. La grande fenêtre nue laisserait la lumière sans fard, et serait complétée de quelques lampes aux ampoules démesurées, posées deci-delà, habillées de rotin de mes mains tissé. Les bougies de cire naturelle - rien que d'en parler je sens cette odeur particulière - au jaune si doux, seraient regroupées et accompagneraient mes moments de recueillement.

Le long d'un mur courrait une bibliothèque blanche habitée de livres et d'espace pour laisser entrer les suivants, les prochains. Tâches colorées des couvertures. J'y rangerais aussi mes papiers washi ou autre, de tailles variées, triés, pour mes pliages origami.

Guère très loin, les crayons, les feutres, les ciseaux, les pages de magazine découpées, les encres, pour donner vie à des enveloppes inédites.

Un meuble à casier serait rempli des restes de laines ou des pelotes neuves, triées par gammes de couleurs, comme un nuancier. Tout à côté tout ce dont j'ai besoin pour broder au point de croix, ou le sashiko.

Au mur mon tiroir d'imprimeur et ses tampons voyageurs, une affiche de Boncompain.

Une table avec la machine à coudre toujours montée, et de l'autre côté encore de la place pour les travaux de papier.

Dans un coin, glissé, mon zafu et un tapis de coton pour le yoga. Une mini-enceinte et l'ipod nano à proximité pour de la musique entraînante ou douce, selon mes besoins.

Une méridienne avec un plaid tissé, en mohair.

Merci de l'idée, Cénina